Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/05/2006

Le Darfour, pourquoi 300.000 morts?

Bienvenue sur le blog de Focus Podcast,

Focus Podcast est une émission audio d'actualité internationale produite par la libre.be.
Chaque mois, en 30 à 50 minutes, Focus Podcast tente d'expliquer une crise qui secoue un endroit de la planète.
Le podcast est traversé d'innombrables interventions de spécialistes ou de gens concernés qui nous font profiter de leurs connaissances et expériences.

Le Focus Podcast de ce mois est consacré au Darfour, cette région du Soudan où depuis trois ans, massacres, viols et destructions de village ont provoqué de 180.000 à 300.000 morts et deux millions de déplacés. Les médias occidentaux ne couvrent presque pas cette tragédie. Nous vous invitons à écouter ce podcast qui dure une quarantaine de minutes.

Ce blog a deux objectifs. Le premier est de fournir à ceux qui voudraient en savoir plus toute la documentation (rubrique les sources) qui a servi à élaborer le podcast ainsi que les interviews audio dans leur intégralité des intervenants (voir plus bas). Le deuxième objectif dépend de vous. Nous vous invitons à faire part de vos sentiments sur cette crise internationale, aussi et surtout faire part d'informations qui ne sont pas mentionnées dans le podcast ou dans la documentation et qui méritent cependant qu'on en prenne connaissance, ceci afin d'avoir une vision de la situation la plus complète et la moins simpliste possible.


Ecoutez le podcast Focus_Darfour



Jacky Mamou est le président du collectif Urgence Darfour. Il a été président de Médecins du Monde. Urgence Darfour est une coalition d'associations (180) et de personnalités qui essaient de mobiliser l'opinion publique sur le drame que vit actuellement les populations du Darfour. Un qui est peu à l'agenda des hommes politiques en Europe.

Jacky Mamou donnes les raisons pour lesquelles, selon lui, la communauté internationale n'est pas encore intervenue de façon musclée et a laissé les massacres se faire. Il explique les racines du conflit au Darfour. Sont également abordés, la mobilisation aux Etats-Unis (plus forte qu'en Europe), le rôle important de la Chine, les camps de déplacés, la sécurité dans ces camps, les difficultés financières de l'aide humanitaire, les accords de paix.







Ted Chaiban est le représentant de l'Unicef au Darfour. Nous l'avons appelé à son bureau de Khartoum.

Certains chiffres éloquents traversent l'entretien.
La moitié des deux millions de déplacés dépendent de l'Unicef pour l'approvisionnement en eau.
Plus de 320.000 enfants ont pu être scolarisé.
La communauté internationale donne de moins en moins d'argent: 15% seulement des ressources financières nécessaires ont été reçues par l'Unicef. Les conséquences sont immédiates: il a fallu abandonner de nombreux programmes d'éducation.

Ted Chaiban nous explique qui sont les déplacés du Darfour, leur vie, leurs espoirs, leurs peurs. Précisons que lors de l'interview, les "accords de paix" (5 mai) entre le pouvoir central et une des factions n'avaient pas encore été signés.







Jean-Louis Peninou est journaliste. Il collabore notamment avec Le Monde Diplomatique. Il fut co-fondateur et directeur général du quotidien Libération.

Il nous explique les racines d'une guerre où le pouvoir central utilise à son compte (par l'intermédiaire de milices armées) de vieux conflits locaux entre pasteurs nomades et cultivateurs sédentaires pour les ressources, rares dans cette région aride. Il décrit également le régime soudanais (militaro-islamiste), les accords de paix ("je suis très pessimiste"), les raisons d'une possibilité d'extension du conflit au Tchad, les camps de déplacés.







Marie-France Cros est journaliste à La Libre Belgique, spécialiste de la République Démocratique du Congo, ex-Zaïre, et plus généralement des pays africains.
Au cours de l'entretien, Marie-France Cros revient sur le passé du Soudan, la guerre entre le pouvoir central et le Sud du pays, les racines de la guerre actuelle au Darfour (la géographie et le climat de la région,...), les liens avec le Tchad voisin, l'influence des Etats-Unis et de la Chine.







Par la voix de son porte-parole François Dumont, le ministère belge des Affaires étrangères justifie ses positions et celles de l'Union européenne.

La Belgique participe à l'aide humanitaire au Darfour. De moins en moins cependant alors que la situation reste très grave selon les ONG. La Belgique a presque doublé ses exportations vers le Soudan entre 2003 et 2004, alors que les massacres au Darfour étaient perpétrés. Pour se justifier, le ministère des Affaires étrangères mentionne l'existence d'un embargo européen sur les armes depuis 1994.
Enfin, pour justifier l'absence d'intervention militaire de l'ONU pour faire cesser les massacres, et ce 12 ans après le gâchis du Rwanda, la Belgique joue sur les mots...







Jean de Cambry est chef de mission pour MSF Belgique. Il a travaillé dans le Nord-Darfour où MSF a mis en place des soins de santé accessibles à 250.000 personnes.

Avec lui nous avons parlé de l'afflux des déplacés dans les villes. Villes dont les populations ont considérablement augmenté. Il nous a décrit les actions de MSF dans le Nord-Darfour, l'insécurité aussi qui parfois entoure les déplacements dans la région. Il nous a aussi parlé de ces déplacés qui ne sont pas accessibles à l'aide humanitaire et se cachent dans les montagnes (celles du Djebbel Marra). Et quand on lui demande quel est le problème majeur auquel doit faire face l'aide humanitaire, il prononce simplement le mot "nourriture". Les rations du Programme Alimentaire Mondial ont été diminuées de 50%. En cause: des pays occidentaux qui prêtent moin sattention au Darfour qu'il y a deux ans.




AIDER LE DARFOUR


MSF Belgique


Unicef Belgique


UrgenceDarfour

Commentaires

Félicitation pour ce podcast extrêmement intéressant !
C'est une excellente idée de traiter de sujets plus en profondeur et d'une façon plus analytique/sur le long terme à travers vos podcasts. J'avoue qu'au départ j'étais assez dubitatif sur l'utilité pour La Libre de mettre en place un podcast, mais s'il est utilisé pour présenter l'info différemment (ou pour présenter une info différente) - plutôt que simplement comme un mode de diffusion supplémentaire -, c'est beaucoup plus pertinent.
En tout cas, cette émission sur le Darfour est vraiment très intéressante, très nuancée. Je trouve que c'est ce type d'analyse et de présentation des évènements d'une façon globale et approfondie (historique, factions en présence...) qui manque trop souvent dans les médias.
(Ce n'est pas seulement la faute des médias eux-mêmes bien sûr, mais aussi du public qui recherche avant tout de l'info rapide, sensationnelle, évènementielle...)

Enfin, bref : bravo et continuez comme ça :)

Écrit par : Serge Bibauw | 22/05/2006

Ce podcast est vraiment très intéressant et je vous en félicite.

La situation au Darfour semble inextricable. Les conflits ethniques sont doublés d'enjeux pétroliers. On peut même craindre une extension au Tchad voisin.

On peut aussi noter que les Américains sont présents au Tchad et que ce sont les Chinois qui exploitent le pétrole soudanais et soutiennent le gouvernement "islamo-militaire".

Les tentatives internationales sont bloquées (notamment par la Chine) et les choses risquent de durer encore longtemps.

Écrit par : Jacques MAUDOUX | 08/06/2006

Bonjour,

J'ai la chance d'avoir pour ami un MSF belge, Martial LEDECQ (57 ans), chirurgien, qui a travaillé en 2004/2005 au Darfour, ensuite en Haïti (de septembre 2004 à février 2006) et qui, depuis avril, est basé dans le sud-Soudan.
Ce médecin a écrit deux ensembles de textes: le premier - "Les cinq patients" - concerne son travail au Darfour, le second - "Lettres de Haïti" - son travail à Cité Soleil, bidonville de 300.000 personnes en Haïti.
A celles et ceux qui le souhaiteraient, je peux transmettre ces textes (70 pages), s'ils m'envoient leur adresse -mail.
Emouvants et terribles à la fois, ces textes sont, de surcroît, écrit avec un talent littéraire indiscutable.
Voilà.
J'ajoute que votre Focus sur le Darfour est passionnant, quel que soit l'"étage" auquel se situe chaque contributeur.
A bientôt donc, je l'espère, avec certain(e)s d'entre vous.

Pierre GILMAN
Cour Moreau 3
4020 Liège
04/340.08.21. (en soirée)

Écrit par : pierre gilman | 12/06/2006

Les commentaires sont fermés.