Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/05/2007

Comprendre la guerre civile en Irak

35c8013b4cb847c2246ec2bebae4d2d4.jpgLes communautés chiites et sunnites se déchirent en Irak. Il ne se passe plus un jour sans qu'une bombe n'explose dans un quartier chiite, sans que des escadrons de la mort ne sème la terreur dans un quartier sunnite. Pourquoi et comment en est-on arrivé à un tel chaos, un tel déchaînement de la violence au milieu duquel l'armée américaine, déclencheur du cauchemar, ne paraît plus rien maîtriser. En deux podcasts, Focus va vous ouvrir les portes sur les deux branches principales de l'Islam et les enjeux réels qui se terrent derrière la guerre civile irakienne. Entre jeunesse désoeuvrée, islamisme, politique américaine désastreuse, quête du pouvoir, peur et tristesse d'une population qui n'a d'autre choix que de survivre ou fuir, en particulier à Bagdad et dans la province d'al-Anbar. Trois intervenants pour éclairer nos cerveaux et les mots d'une jeune Bagdadi pour serrer nos coeurs. La 1e partie est consacrée à la découverte du chiisme et du sunnisme. La seconde partie est dédiée à la guerre civile en Irak.


ECOUTEZ LA 1e PARTIE(26')

ECOUTEZ LA 2e PARTIE(45')



TELECHARGEZ


INSTALLER ITUNES


OU


Cliquez avec bouton droit de la souris sur les liens ci-dessous. Sélectionnez "Enregistrez la cible sous".

PARTIE 1

PARTIE 2

22:35 Publié dans Focus_Irak | Lien permanent | Commentaires (0)

"C'est l'effondrement de l'appareil d'Etat qui permet la guerre civile et non l'inverse"

b9ab3ac46ca879ca8f944e6d626bfc94.jpgPeter Harling est analyste pour l'International Crisis Group basé à Bruxelles. À ce titre, il collabore à la rédaction de nombreux articles parus dans la presse internationale. Les plus récents ont été publiés dans El Mundo, Financial Times et Le Monde Diplomatique. Il fut résident en Irak pendant environ six ans, jusque fin 2004. Depuis, il réside à Damas, en Syrie, où il dirige une équipe de consultants irakiens qui font la navette entre l'Irak et les pays voisins.

Nous profitons de la connaissance du terrain actuel avec Peter Harling. Il nous décrit la situation actuelle dans Bagdad, répond à la question de savoir si le plan de sécurité lancé en février à grands renforts de troupes américano-irakiennes donne des résultats. Compte-rendu également sur les forces en présence: les insurgés sunnites, les milices chiites, le gouvernement irakien. Il met en lumière un fait nouveau: les conflits et violences entre groupes armés au sein d'une même communauté, qu'elle soit chiite ou sunnite. Il évoque une éventuelle partition de l'Irak dans un pays où il n'aura bientôt plus d'amis "qui sont soit partis, soit morts".


Lisez son interview en intégralité

22:30 Publié dans Focus_Irak | Lien permanent | Commentaires (0)

"L'enjeu? C'est carrément la destruction de l'Irak"

00ec0a97c9cdd4b5d5e58874b31fb59e.jpgMadame Firouzeh Nahavandi est professeur à l'Université Libre de Bruxelles, directrice du Centre d'Etudes de la Coopération Internationale et du Développement de l'Institut de Sociologie de cette même université. Elle est l'auteur de multiples ouvrages sur l'Asie musulmane.

Elle nous raconte la naissance de ces deux branches de l'islam, leurs différences, l'organisation du clergé chiite, les écoles sunnites, le modèle iranien. Elle aborde la question du mélange entre politique et religieux, justice et religieux. Passant à la situation actuelle en Irak, elle balaie quelques fausses idées que s'échinent à vouloir faire passer certains "experts" en Occident. Elle nous révèle ce qu'elle croit être les causes de la guerre civile actuelle ("contrairement à ce que certains disent, on n'est pas au bord de la guerre civile, on est dans la guerre civile"), entre politique américaine désastreuse et lutte pour le pouvoir des groupes radicaux irakiens.


Lisez son interview en intégralité

"La guerre du tous contre tous"

401cc375f8429707928ce01fef7734fc.jpgMyriam Benraad est doctorante à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, où elle achève une thèse consacrée aux problématiques identitaires dans l'Irak de l'après-Saddam, plus précisément autour d'un examen du phénomène arabe sunnite. Son dernier article, consacré à la guerre civile, est paru dans le dernier numéro de la revue Politique étrangère.

Quelle était le niveau de mixité des populations chiites et sunnites, dans le passé et aujourd'hui, à Bagdad et dans le reste du pays? L'image qui consiste à voir les Chiites pauvres et opprimés sous Saddam, alors que les Sunnites seraient aisés et favorisés, est-elle vraie? Quel a été le vrai point déclencheur des violences inter-confessionnelles? Jusqu'où va la solidarité entre chiites irakiens et chiites iraniens? Qui sont les insurgés sunnites? Quel rôle joue Al-Qaïda? Va-t-on vers une séparation de l'Irak? Quel rôle joue encore la notion traditionnelle de tribu? Vous l'avez compris, nous avons rudement sollicité Myriam Benraad dont les réponses permettent d'aller au-delà de l'"auto-projection" que font souvent nombre de médias occidentaux, selon elle.


Lisez son interview en intégralité

Bagdad brûle

50cd9832568ce226bd59c3161f840372.jpgDe nombreux extraits du blog "Bagdad Burning" traversent les deux podcasts. "Girl Blog from Iraq... let's talk war, politics and occupation" (Le blog d'une fille en Irak... parlons guerre, politique et occupation). Ce blog est en quelque sorte le "carnet de guerre" d'une jeune Bagdadi de 25 ans. Ses 20 ans sont depuis quatre ans le témoin du basculement de la capitale dans l'horreur. Le témoignage est souvent bouleversant, toujours instructif. Etant de confession sunnite, elle rapporte plus particulièrement les violences dont sont victimes les quartiers sunnites. Mais elle sait que les populations chiites souffrent de la même manière. Une jeune fille profondément irakienne avant tout qui assiste, rageuse, à la destruction de son pays. Voici un des extraits que vous pourrez entendre.

"Je me rappelle Bagdad avant la guerre. N'importe qui pouvait vivre n'importe où. Nous ne savions pas ce que nos voisins étaient, nous nous en moquions. Personne ne demandait à propos de religion ou de secte. Personne ne s'intéressait à ce sujet trivial: es-tu sunnite ou chiite? Vous ne posiez ce genre de questions que si vous étiez grossier et arriéré.
Aujourd'hui, nos vies tournent autour de ça. Nos existences ne dépendent que de cacher ou mettre en évidence notre confession chiite ou sunnite, dépendant du groupe d'hommes masqués qui effectue un raid dans votre quartier au milieu de la nuit."  


Lisez le blog "Baghdad Burning"

22:20 Publié dans Focus_Irak | Lien permanent | Commentaires (0)